Association pour la santé publique du Québec

Imprimer

Intimidation à l'égard du poids

Un changement de regard est nécessaire!

« Dès l’âge de 4 ans, les enfants ont une aversion pour les grosses personnes. À 3 ans, ça ne les dérange pas. Mais à 4 ans, ils ont une préférence pour les silhouettes minces. À 5 ans, ils commencent à se préoccuper de leurs corps et, à 6 ans, ils sont davantage préoccupés » indique Annie Aimé, professeure de psychologie à l’Université du Québec en Outaouais.

Les conséquences que peut avoir l'intimidation à l'égard du poids sur la santé physique et mentale des jeunes sont nombreuses. Elles incluent des comportements alimentaires malsains, une baisse de l’estime de soi, une mauvaise image corporelle ou encore une diminution de leurs motivations aux activités physiques et sociales. De plus, les discriminations perçues et subies dans l’enfance et l’adolescence peuvent être des prédicteurs à l’apparition de troubles émotionnels et psychologiques plus tard dans la vie. 

Alors que notre société prône un idéal de beauté au travers du « culte de la minceur » et pointe du doigt l’excès pondéral, l’ASPQ a décidé de porter un regard plus particulier sur l'intimidation à l’égard des personnes en surpoids et obèses. Depuis 2014, elle a réalisé différents projets sur cette thématique, en particulier chez les jeunes. 

Étude sur l'intimidation à l'égard du poids auprès des adolescents 

En 2014, l'ASPQ et les chercheurs Annie Aimé et Christophe Maïano de l’Université du Québec en Outaouais ont réalisé une enquête sur l’intimidation par rapport au poids chez les 14 à 18 ans fréquentant l’école secondaire. Huit cent quarante-six adolescents provenant de 78 écoles secondaires réparties dans cinq différentes régions du Québec ont participé à une enquête en ligne. Leurs réponses nous ont permis d’obtenir de l’information quant à leur expérience en tant que témoins et/ou victimes d’intimidation.

  • 9 adolescents interrogés sur 10 (90,1%) ont été témoins d’intimidation par rapport au surpoids dans leur école;
  • 44,5% des répondants considèrent que le poids est la caractéristique personnelle pour laquelle les jeunes de leur âge sont le plus à risque de se faire intimider à l’école (l’orientation sexuelle étant la seconde ).
  • Près de la moitié (45,5%) des adolescents interrogés ont confié être victimes d’intimidation en lien avec leur poids, leur orientation sexuellle, leurs compétences scolaires, un handicap physique ou une autre raison.
  • Selon les victimes, tout comme selon les témoins, le poids (surpoids ou maigreur) ressort comme la raison la plus fréquemment évoquée pour être intimidé à l’école (33,8%). Le second motif d’intimidation le plus fréquent à l’école, selon eux, a trait aux compétences scolaires (31,9%).

 

Changez de regard! : une campagne d'information et de sensibilisation pour les jeunes du secondaire, leurs parents et les enseignants 

À l'automne 2014, l'ASPQ a lancé le microsite changezderegard.com regroupant une panoplie d'informations sur la stigmatisation à l'égard du poids, dont des conseils pour les adolescents et leurs parents ainsi que divers outils pour les enseignants désirant aborder ce sujet avec leurs élèves.

De plus, deux guides pédagogiques ont été créés pour les classes d'éthique et culture religieuse et d'éducation physique et à la santé. Chaque guide est arrimé au Programme de formation de l'école québécoise et présente des activités pédagogiques diversifiées pour prévenir l'intimidation.