Association pour la santé publique du Québec

À la une
  • Produits, services et moyens pour la gestion du poids (PSMGP)

    Étude exclusive réalisée par l’ASPQ sur le Zuccarin Diet TM Méfiez-vous des apparences trompeuses !

    Montréal, le 17 décembre 2018 – L’arrivée de 2019, pour plusieurs, coïncidera avec la prise de résolutions nouvelles. Parmi les plus populaires, la perte de poids vient en tête de liste. À ce sujet, l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) émet des réserves. Dr Yves G. Jalbert, spécialiste de contenu à l’Association, précise que « la plupart des gens ont tendance à vouloir régler leur problème de poids vite et sans effort : et c’est justement là-dessus que l’industrie base toutes ses publicités qui s’avèrent souvent trompeuses. »

  • Produits, services et moyens pour la gestion du poids (PSMGP)

    UN PRODUIT AMAIGRISSANT SOUS LA LOUPE

    L’ASPQ a mis sur pied en 2017 un comité d’experts chargé d’analyser et de documenter certains produits, services et moyens amaigrissant (PSMA) mis sur le marché québécois, afin d’étudier leurs promesses et leurs allégations santé et de déposer, le cas échéant, des plaintes auprès de Santé Canada, du Bureau de la concurrence et de l’Office de la protection du consommateur (OPC).

    La première étude de cas de l'ASPQ vise le produit Zuccarin Diet TM.

  • Cannabis

    Projet de loi no 2 : Loi resserrant l’encadrement du cannabis La hausse de l’âge légal : une idée politique, mais pas de santé publique

    Montréal, le 10 décembre 2018 – Mercredi dernier, le gouvernement allait de l’avant avec son projet de loi haussant l’âge légal pour l’achat et la possession de cannabis et interdisant aussi la consommation dans tous les lieux publics. « Ce projet de loi va à l’encontre des conclusions des consultations ayant eu lieu à travers le Québec et du Forum d’experts qui étaient 60 à 67 % en faveur d’un âge légal cohérent avec celui du tabac et de l’alcool. Est-ce dire que les acteurs de santé publique considèrent le cannabis comme une substance sans risque? Bien sûr que non » mentionne Émilie Dansereau-Trahan, spécialiste de contenus en substances psychoactives à l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ).

  • Rayonnement de la santé publique

    Rapport annuel 2017-2018 | 75 ans d'histoire et d'influence

    Innover, créer, se réinventer, ce sont notamment les défis que s'étaient lancé l'Association pour la santé publique du Québec en 2017-2018.

    L'ASPQ poursuit son évolution et opère peu à peu une métamorphose. Ses projets sont tous unis par ce dénominateur commun qui assure la cohérence de chacune de ses actions et de des prises de position. Déjà 75 ans de santé durable.

    Bonne lecture!

  • Cannabis

    Pour en finir avec l'âge légal et les lieux de consommation du cannabis

    Il y a de ces dates qu'on n'oublie pas. Il en sera sans doute de même le mercredi 17 octobre prochain. En cette journée historique, le Canada deviendra le premier pays industrialisé à légaliser le cannabis et à en encadrer la vente et la distribution. Les premières boutiques ouvriront leurs portes au Québec; la possession et la consommation de cette substance psychoactive seront légales.

    Une première fois, c’est l’inconnu. Dans le cas présent, les questions foisonnent. La consommation de cannabis augmentera-t-elle au sein de la population? Observera-t-on des impacts sur la santé de la population? Les jeunes seront-ils mieux protégés ou plus vulnérables?

    Toutes ces questions planent, sans apporter leur lot de réponses. Certaines expériences du passé permettent cependant de prendre les mesures les plus efficaces pour protéger la santé de la population. 

    Une lettre ouverte de l'Association pour la santé publique du Québec