X

Situation au Québec

  • Le Trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) est la conséquence de l’exposition prénatale à l’alcool. C’est la principale cause évitable d’anomalies congénitales, de troubles du développement et de la déficience intellectuelle chez les enfants à naître.
  • Il n’existe au Québec aucun pourcentage précis sur le nombre de personnes qui ont un TSAF. Toutefois, une étude menée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Toronto, en 2018, indiquait un taux de prévalence de 2 % à 3 % chez les enfants de 7 à 9 ans fréquentant des écoles primaires publiques [1].
  • Depuis plus de 13 ans, aucune étude approfondie gouvernementale sur la consommation d’alcool pendant la grossesse n’a été publiée. Dans le cadre du projet TSAF: en parler pour mieux agir, l’ASPQ a colligé de nouvelles données à propos du TSAF, à lire dans la section le TSAF en chiffres.
    Selon différentes enquêtes québécoise et canadienne menées de 2005 à 2008, entre 21 % et 34 % des femmes québécoises indiquent avoir consommé de l’alcool enceintes [2] . C’est le pourcentage le plus élevé au Canada [3].
  • La carte interactive ci-dessous présente les données les plus récentes sur la consommation excessive d’alcool des adolescentes du secondaire et des femmes âgées de 18 à 44 ans au Québec :

CARTE INTERACTIVE

Prévenir le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF)

  • En 2016, le MSSS a publié, pour les professionnel.le.s de la santé et des services sociaux, un avis de santé publique [4], uniforme et non stigmatisant, sur la non-consommation d’alcool qui stipulait : « Si vous êtes enceinte ou planifiez le devenir, ne prenez aucun risque, ne prenez aucun alcool. »
  • « Ça prend un village pour élever un enfant ! » Informer et sensibiliser les femmes enceintes, leur entourage et le grand public sur les risques de boire de l’alcool pendant la grossesse, afin d’éviter de surresponsabiliser les futures mamans.
  • Offrir des ressources appropriées, facilement accessibles, aux femmes enceintes qui ont besoin d’aide pour réduire/arrêter leur consommation d’alcool (Centres de réadaptation en dépendance, thérapies douces, yoga prénatal, communautés en ligne valorisant la sobriété).
  • Septembre est le mois de la sensibilisation à l’alcoolisation fœtale et le 9 du 9, la Journée internationale de sensibilisation au TSAF.
    Pour en savoir plus, consultez notre bulletin TSAF 2020 et nos divers outils :
  • Il existe des options de breuvages sans alcool, notamment :
    • Eau ;
    • Eau pétillante ou aromatisée ;
    • Bière ou vin sans alcool.
  • Lors d’une fête :
    • Prenez aussi votre breuvage dans une coupe, ça devient plus festif ! ;
    • Apportez votre propre breuvage sans alcool, car même si les hôtes sont pleins de bonnes intentions, ils n’auront peut-être pas prévu d’options pour vous. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

Le TSAF en chiffres

50 %

Pourcentage des cas où la question de la consommation d’alcool n’est pas abordée avec un.e professionnel.le de la santé lors du suivi de grossesse

24 000 $ par année

Coûts associés au TSAF par famille

8 %

Pourcentage des femmes enceintes qui aurait augmenté leur consommation d’alcool, durant la pandémie

Le saviez-vous ?

  • 64 % des adolescent.e.s, 50 % des Québécois.es et 28 % des femmes enceintes ne connaissent pas le TSAF.
  • Les études scientifiques montrent qu’il n’y a pas de seuil sécuritaire de consommation d’alcool durant la grossesse.
  • L’alcool pendant la grossesse est toxique pour le fœtus (il traverse le placenta).
  • Les effets de l’alcool sur le foetus sont imprévisibles, variables et permanents.
  • Le TSAF est  :
    • difficile à diagnostiquer ;
    • méconnu ;
    • parfois confondu avec d’autres diagnostics, comme le trouble de l’opposition et le trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Nos objectifs

SENSIBILISER LES QUÉBÉCOIS.ES, PLUS PARTICULIÈREMENT LES JEUNES FILLES (12-17 ANS) ET JEUNES FEMMES (18-25 ANS), AUX RISQUES DE CONSOMMER DE L’ALCOOL ENCEINTES ET DU TSAF

CRÉER DES OUTILS ADAPTÉS AUX BESOINS DES PROFESSIONNEL.LE.S DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ET DES MILIEUX COMMUNAUTAIRES

CONSEILLER SUR LES MEILLEURES PRATIQUES EN MATIÈRE DE SENSIBILISATION AU TSAF

Nos actions

  • Le projet TSAF – En parler pour mieux agir a été rendu possible grâce à la contribution financière de l’Agence de la santé publique du Canada. Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement celles de l’Agence de la santé publique du Canada.
  • La campagne de sensibilisation au TSAF de l’ASPQ illustrera, en d’autres mots, l’Avis de santé publique du MSSS :
    « Si vous êtes enceinte ou planifiez le devenir, ne prenez aucun risque, ne prenez aucun alcool. » Découvrez en 3 courtes histoires l’impact du TSAF dans la vie de Charly.

Information – sensibilisation

  • En 2021, ont été publiés :
    • une infographie destinée aux professionnel.le.s de la santé et des services sociaux ;
    • une cartographie de la consommation excessive d’alcool chez les adolescentes et les femmes de 18-44 ans.
  • En 2020, nous avons produit :

Pour en savoir davantage sur nos actions, consultez les sections ci-dessous :

  • À venir dès le 12 avril 2021

  • À venir

2020 - Rapport Entretiens individuels sur la prévention de la consommation d'alcool durant la grossesse et du TSAF

Ce volet avait pour but de recueillir les points de vue des différentes parties prenantes de cet enjeu : professionnels de la santé, personnes vivant avec le TSAF et leurs familles, personne en état de vulnérabilité qui a un problème de consommation d’alcool.

Rapport_Entretiens_individuels

Ces articles pourraient vous intéresser

Le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale est méconnu de la moitié des Québécois.es : il faut en parler pour mieux agir!

Lire la suite