X

Situation au Québec

  • Les consommateurs de tous âges boivent des boissons énergisantes; elles sont surtout populaires auprès des jeunes de 15 à 24 ans [1].
  • Selon l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017 [2] :
    • moins de 1% des jeunes du secondaire boivent des boissons énergisantes tous les jours;
    • jusqu’à 60%  des consommateurs quotidiens de boissons énergisantes manquent de sommeil.
    • près de 1 élève sur 4 (23,4 %) en consomment occasionnellement.
  • Côtoyant les autres boissons sur nos tablettes, elles peuvent être perçues comme inoffensives. Pourtant, en consommer comporte des risques pour la santé, surtout pour les jeunes et les personnes sensibles à la caféine. Et c’est pire quand on les combine avec le sport ou l’alcool. Plusieurs décès et incidents ont été associés à ces produits stimulants.
  • De plus, les boissons énergisantes sont généralement des boissons sucrées: elles contribuent donc aussi à l’obésité, au diabète, aux maladies cardiovasculaires, à la carie dentaire et à d’autres maladies.

Les boissons énergisantes et sucrées en chiffres

13

Cuillères de sucre dans une boisson énergisante régulière de 473 ml

23,4 %

Pourcentage des élèves du secondaire qui consomment occasionnellement des boissons énergisantes.

77 %

Pourcentage des adultes québécois qui sont en faveur de l’interdiction de vente de boissons énergisantes aux mineurs.

Le saviez-vous?

  • À volume égal, les boissons énergisantes sont souvent plus sucrées que les boissons gazeuses régulières parce que le sucre aide à camoufler l’amertume de la caféine.
  • Les boissons énergisantes sont déconseillées pour :
    • les enfants;
    • les femmes enceintes ou qui allaitent;
    • les personnes sensibles à la caféine;
    • la pratique d’un sport.
  • Mélanger des boissons énergisantes avec de l’alcool est contre-indiqué parce qu’elles masquent l’ivresse. La quantité d’alcool bue et les comportements à risque (ex. : conduite avec faculté affaiblie, jeux dangereux, relations sexuelles non protégées) tendent alors à augmenter [3].
    • En 2010-2011, 1 élève sur 5 (19 %) avouait avoir mélangé des boissons énergisantes avec de l’alcool [4].
  • Une seule canette peut dépasser la quantité maximale recommandée de caféine pour un enfant, soit 45mg pour les 4-6 ans, 62,5mg pour les 7-9 ans et 65mg pour les 10-12 ans [5].
  • La réduction de la consommation de boissons sucrées, incluant les boissons énergisantes, est une priorité de la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids), que nous chapeautons.
  • Selon un sondage IPSOS, réalisé du 19 au 22 octobre 2015 pour le compte de la Coalition Poids, 77% des adultes québécois sont en faveur d’interdire la vente de boissons énergisantes aux mineurs.

Nos campagnes

J’ai soif de santé! (depuis 2017)

Depuis 2017, la Coalition Poids mène la campagne J’ai soif de santé!, qui vise à promouvoir une saine hydratation en encourageant, normalisant et valorisant la consommation d’eau chez les enfants. Cette campagne se déploie dans les principaux milieux de vie des enfants : la maison, le CPE ou la garderie, l’école, le camp d’été et la municipalité. Dans tous ces milieux, les décideurs et les adultes sont invités à inspirer les enfants en agissant comme modèles de saine hydratation et en rendant l’eau disponible et attrayante.

Visitez soifdesante.ca.

Sucre liquide : pas tous les jours! (2014 – 2020)

De novembre 2014 à août 2020, la campagne Sucre liquide : pas tous les jours! réalisée par la Coalition Poids visait à sensibiliser à la surconsommation de boissons sucrées et à proposer des alternatives saines et savoureuses pour les délaisser le plus souvent possible.

En savoir plus

Certaines politiques publiques pourraient contribuer à réduire l’accès ou l’attrait de ces produits, tout particulièrement pour les jeunes.

Interdire la vente de boissons énergisantes aux mineurs

  • Plusieurs pays ont fixé un âge minimal pour l’achat de boissons énergisantes, dont :
    • Émirats arabes : depuis 2012, vente interdite aux moins de 16 ans ;
    • Lituanie : depuis 2014, interdiction de vente aux moins de 18 ans de toutes boissons contenant plus de 150mg de caféine par litre;
    • Lettonie : vente interdite aux moins de 18 ans;
    • Suède : vente interdite aux moins de 15 ans et la plupart de ces produits ne sont vendus qu’en pharmacie.

Interdire la vente de boissons énergisantes et sucrées dans les édifices et événements municipaux

  • En octobre 2011, la Ville d’Amqui adopte une résolution pour interdire la vente de boissons énergisantes dans ses établissements. Le maire Gaétan Ruest reçoit alors des pressions de l’industrie. Plutôt que de le dissuader, celui-ci lance une invitation aux autres maires à retirer aussi les boissons énergisantes de leur offre municipale pour en réduire l’accès.
  • Peu après, l’Association pour la santé publique du Québec, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) et le Réseau québécois Villes et Villages en Santé lancent un modèle de résolution pour simplifier le travail des conseils municipaux qui souhaiteraient bannir la vente de boissons énergisantes de leurs installations et événements. Plus de 80 municipalités québécoises adoptent alors une telle résolution.
  • Plus récemment, à la suite de l’initiative de Montréal de retirer progressivement les boissons sucrées de ses édifices municipaux, la Coalition Poids et l’organisme Cœur et AVC développent et diffusent un modèle de résolution pour exclure l’ensemble des boissons sucrées de l’offre des municipalités.

Autres mesures prometteuses

  • En s’appuyant sur les expériences internationales et la recherche, la Coalition Poids soutient plusieurs politiques et règlements pouvant contribuer à réduire la consommation de boissons sucrées, dont les boissons énergisantes. Parmi ceux-ci, une taxe dont les revenus seraient investis en prévention est reconnue efficace.

Nos objectifs

Sensibiliser à la surconsommation de boissons sucrées et énergisantes et à l’importance de l’eau du robinet.

Mobiliser sur l’imposition d’une taxe sur les boissons sucrées et énergisantes, réinvestie en prévention.

Conseiller des politiques alimentaires réduisant l’accès à ces boissons, encadrant certaines pratiques de marketing et menant au retrait de ces produits des pharmacies.

Nos actions

  • Depuis 2008 : la Coalition Poids mobilise et conseille sur les moyens de réduire la consommation de boissons sucrées. Elle produit différents outils, réalise une variété d’interventions, propose des conférences et publie des communiqués de presse.
  • 2012 : En collaboration avec la Coalition Poids, publication des quatre tomes du rapport Les dessous du marketing des boissons sucrées.
  • 2011 : En partenariat avec la Coalition Poids et le Réseau Villes et Villages en Santé du Québec, production et diffusion d’un modèle de résolution pour interdire la vente de boissons énergisantes dans les établissements publics.

Plusieurs communiqués de presse et lettres ouvertes ont aussi été publiés. Pour en savoir plus, consultez la section Nos nouvelles.

La Coalition Poids réalise régulièrement des conférences sur les boissons sucrées. Pour en savoir plus, consultez leur site web.

2012 - Journée de réflexion et de maillage sur le thème de l’éducation et la sensibilisation aux boissons énergisantes

Le 31 janvier 2012, l'Association organisait, avec le soutien financier de Santé Canada et la collaboration de Québec en Forme, une journée de maillage et de réflexion sur le thème de l'éducation et la sensibilisation aux boissons énergisantes. Ayant fait l'objet d'une diffusion web, l'événement a suscité un véritable engouement, tant sur place à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec que sur le site de Québec en Forme où il a été diffusé en direct.

Rapport Journée boissons énergisantes

5

Gouvernement du Canada (2012). La caféine dans les aliments.

Caféine

Ces articles pourraient vous intéresser

Conférence éclair : Améliorer la santé des Québécois.es et contribuer à la relance économique en instaurant une taxe sur les boissons sucrées.

Lire la suite