Association pour la santé publique du Québec

Retour à la liste Imprimer

Communiqués et publications

24 avril 2012 - Communiqué - Boissons énergisantes
Revue de presse

Boissons énergisantes

Des mesures plus efficaces sont nécessaires pour réduire leur attrait, leur popularité et leur consommation chez les jeunes

Version PDF du communiqué

Montréal, le 24 avril 2012 - Alors que la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) publie le troisième tome de son rapport sur le marketing des boissons sucrées, l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) joint sa voix aux différentes recommandations qui y sont proposées, notamment en ce qui a trait à l’interdiction de vendre des boissons énergisantes aux mineurs. Tel que le réclament bon nombre de professionnels de la santé, des mesures plus efficaces sont nécessaires pour réduire l’attrait et la consommation de ces breuvages chez les jeunes.

Risques pour la santé des jeunes
Dû à leur teneur en caféine, les boissons énergisantes présentent un risque pour la santé. Elles ne devraient donc pas être considérées comme des aliments inoffensifs que l’on peut consommer à volonté, tel que peut le laisser croire leur large distribution et toute la mise en marché qui les entoure. « Selon le poids corporel de l’enfant, une seule boisson énergisante peut contenir une quantité de caféine supérieure à la dose quotidienne maximale recommandée, et cela, sans compter les autres sources de caféine qui ont pu être consommées dans la journée », précise Émilie Dansereau-Trahan, chargée de dossiers à l’ASPQ. Troubles du sommeil, dépendance à la caféine, nausées et même problèmes cardiaques graves, tels sont quelques-uns des problèmes de santé auxquels les boissons énergisantes exposent les enfants et les adolescents. Pourtant, le marketing entourant ces produits cible directement les jeunes. De ce fait, l’ASPQ appuie la recommandation de la Coalition Poids visant l’interdiction de vendre des boissons énergisantes aux moins de 18 ans. « En attendant qu’une telle règlementation soit mise en place, il serait souhaitable que Santé Canada diminue la teneur en caféine maximale autorisée dans ces produits et exige qu’il soit clairement indiqué sur l’emballage que les boissons énergisantes sont déconseillées aux moins de 18 ans », propose-t-elle.

Limiter les lieux de vente
Avec 7 millions d’unités vendues au pays chaque mois, les boissons énergisantes connaissent une croissance importante sur le marché canadien et une forte popularité auprès des jeunes. « Ces chiffres nous inquiètent puisqu’ils renforcent l’idée selon laquelle il y a actuellement une normalisation de la consommation de ce type de boisson dans la population, et ce, bien qu’elles ne soient pas sans danger pour la santé », explique la chargée de dossiers. De ce fait, l’ASPQ salue les initiatives mises de l’avant pour en dénormaliser la consommation et en réduire l’accès, notamment les quelque dix villes québécoises où la vente de boissons énergisantes a été interdite dans les établissements municipaux. « L’ASPQ encourage fortement les hôpitaux à suivre ces exemples inspirants en retirant dès maintenant les boissons énergisantes de leurs cafétérias et machines distributrices, un geste concret tout à fait cohérent avec la Politique alimentaire qui entrera prochainement en vigueur dans les établissements de santé du Québec », conclut-elle.

- 30 -

À propos de l’Association pour la santé publique du Québec
Créée en 1943, l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) est un organisme à but non lucratif dont la mission est de contribuer à la promotion, au maintien et à l’amélioration de la santé et du bien-être de la population québécoise. Organisme autonome de nature associative, l’ASPQ œuvre de façon complémentaire, multidisciplinaire et intersectorielle en regroupant différents acteurs de la société. Elle offre un lieu d’expertise, de soutien, de collaboration, d’influence et de changement par le biais de la formation, de l’information, de la promotion et du développement d’approches et de pratiques novatrices en santé publique.
www.aspq.org

Source : 
Marie-Claude Perreault
Responsable des communications et de la coordination d’événements
Association pour la santé publique du Québec – www.aspq.org
Téléphone : 514 528-5811 poste 226
Cellulaire : 514 567-6565
mcperreault@aspq.org

Partager