Association pour la santé publique du Québec

Retour à la liste Imprimer

Communiqués et publications

6 novembre 2017 - Communiqué de presse
Heidi Rathjen reçoit la médaille du 150e du Sénat canadien

Heidi Rathjen reçoit la médaille du 150e du Sénat canadien

VersionPDF

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

Heidi Rathjen reçoit la médaille du 150e du Sénat canadien

Montréal, 6 novembre 2017 - L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) est fière de souligner la remise de la médaille du 150e du Sénat du Canada à Madame Heidi Rathjen pour son implication active au sein du collectif PolySeSouvient.

Grâce à son dévouement, son bénévolat et son travail consciencieux en tant que coordonnatrice du collectif PolySeSouvient, Madame Rathjen a contribué de manière efficace au mouvement pour un meilleur contrôle des armes au Canada et plus particulièrement au Québec, où les efforts de PolySeSouvient ont abouti à l’adoption, en juin 2016, de la Loi sur l’immatriculation des armes à feu.

groupe PolySeSouvient est composé de familles de victimes, de survivants et de témoins de tragédies causées par armes à feu, comme celle de l’École Polytechnique qui travaille à la défense de l’intérêt public, à l’amélioration de la qualité de vie et à la sécurité de nos communautés par le biais d’un meilleur contrôle des armes.

Pour Lilianne Bertrand, présidente de l’ASPQ, « Heidi s’est toujours démarquée par sa détermination, son intégrité et, surtout, la rigueur scientifique dont elle fait preuve. Elle détient deux doctorats honorifiques, la Croix du service méritoire et la médaille de l’Assemblée nationale du Québec pour son travail en lien avec le contrôle des armes, en plus d’une prestigieuse médaille de l’Organisation mondiale de la santé et la reconnaissance d’intervenants en santé publique à travers le monde pour son travail dans la lutte contre le tabac. Sa contribution colossale à la promotion de la santé durable est incontestable. Ses actions contribuent chaque jour à sauver des vies. Nous sommes très fiers de la compter parmi l’équipe de l’ASPQ. »

Madame Bertrand souligne que « son engagement persiste malgré les innombrables attaques personnelles qu’elle subit, y compris des menaces directes à sa sécurité. » En effet, la semaine dernière un article d’enquête dans La Presse rapportait justement les diverses tactiques sournoises déployées par le lobby des armes pour intimider madame Rathjen ainsi que les autres membres du groupe, dont sa consœur Nathalie Provost qui a survécu à trois blessures par balles.

L’honorable sénateur Serge Joyal, qui a proposé la candidature de madame Rathjen, précise que, suite à la tuerie à son université en décembre 1989, « madame Rathjen a laissé de côté sa carrière en génie afin de cofonder et de diriger la Coalition pour le contrôle des armes et, ce, jusqu’à l’adoption de la Loi sur les armes à feu en décembre 1995. En 2009, au moment de l’intensification des efforts visant à abolir ces gains, madame Rathjen a rassemblé de nouveau les familles des victimes sous le collectif PolySeSouvient afin de mieux canaliser la voix des victimes dans ce débat. Tous les membres de PolySeSouvient y contribuent de manière bénévole. »

La médaille du 150e du Sénat du Canada a été créée pour permettre aux sénateurs de rendre hommage aux « héros méconnus » canadiens, dans le cadre de l’anniversaire de la Confédération. La cérémonie officielle aura lieu sur la colline parlementaire à Ottawa, le 29 novembre prochain, à la Salle du Sénat.

PolySeSouvient regroupe les témoins, survivants et familles des victimes de la tragédie à l’École Polytechnique qui appuient le contrôle des armes; le groupe a été mis sur pied suite aux premières menaces du gouvernement Harper en vue d’abolir l’enregistrement des armes d’épaule. Cette mesure faisait partie de la loi adoptée en décembre 1995 pour laquelle madame Rathjen s’est battue pendant six années en tant que directrice de la Coalition pour le contrôle des armes, le mouvement pancanadien qu’elle a cofondé (avec Wendy Cukier) suite à la tuerie à Polytechnique, qu’elle fréquentait alors comme étudiante. PolySeSouvient a été au centre des débats sur l’enregistrement des armes au Québec, qui ont abouti au Québec avec l’adoption en juin 2016 de la Loi sur l’immatriculation des armes à feu. Le groupe réclame à présent du gouvernement fédéral le renversement des dommages causés au contrôle des armes par le gouvernement précédent.

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac (CQCT) est devenue l’un des plus importants groupes de santé qui interviennent au Québec pour l’obtention de lois et de règlements en matière de tabagisme, ayant contribué à l’adoption de nombreux précédents mondiaux et, ce, malgré l’opposition des puissantes compagnies de tabac. Madame Rathjen agit en tant que codirectrice de la Coalition depuis 1996 avec madame Flory Doucas, qui en est la porte-parole officielle.

À propos de l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)
L’ASPQ regroupe citoyens et partenaires pour faire de la santé durable, par la prévention, une priorité.
L’ASPQ soutient le développement social et économique par la promotion d’une conception durable de la santé et du bien-être. La santé durable s’appuie sur une vision à long terme qui, tout en fournissant des soins à tous, s’assure aussi de les garder en santé par la prévention. www.aspq.org.

- 30 -

Source : Jean Alexandre
Responsable des communications et de la collecte de fonds,
Association pour la santé publique du Québec
Téléphone : 514 528-5811, poste 261
Cellulaire : 514-442-7119
Courriel : jalexandre@aspq.org

Partager